BIOGRAPHY version française


 

Montreal-based saxophonist and composer Christine Jensen has been described as, “an originalvoice on the international jazz scene… [and] one of Canada’s most compelling composers,” by
Mark Miller of the Globe and Mail. According to Greg Buium of Downbeat Magazine, “Jensen writes in three dimensions, with a quiet kind of authority that makes the many elements cohere. Wayne Shorter, Maria Schneider and Kenny Wheeler come to mind.” After a performance at the 2006 Montreal International Jazz Festival, Scott Yanow wrote, “She’s rapidly developing into a majo force … as a player and as a writer.

Jensen is equally at home performing in small and large ensemble settings. Her latest opus, Treelines - The Christine Jensen Jazz Orchestra on Justin-Time Records, won her the 2011 Juno Award for Contemporary Jazz Album of the Year, along with Quebec’s Opus Award for jazz recording of the year. Downbeat magazine described it as“…a stunning orchestral debut… ****1/2 stars”. She recently performed at various jazz festivals across Canada as well as at Dizzy’s Jazz Club-Lincoln Center in New York with this ensemble. “Jensen’s formidable orchestra is the glistening sunlight, the tranquility and force of the ocean, and the majestic trees that her music imagines.”-Jazz Times

en has previously released three small ensemble recordings: Collage (2000), A Shorter
Distance
(2002), and Look Left (2006), all on the Effendi label. Along with her sister, New York
-based trumpeter Ingrid Jensen, and close friend and long-time musical cohort, Swedish pianist,
Maggi Olin, she co-leads the group, Nordic Connect. They released their first joint effort  in 2007
entitled Flurry and followed up in 2010 with Spirals. The group has  toured Canada, the US and
Scandinavia extensively over the past five years.

In a review of Nordic Connect concert at the Rex in Toronto, J.D. Considine of the Globe and Mail
described the quintet as: “evoking the lean, cerebral drive of Miles Davis's classic late-sixties
quintet.
” He praised the “dynamism and originality of the playing,” and noted that in Christine’s
performance style, “ideas mattered more than dazzle.

Jensen took up roots, leaving Nanaimo for Montreal to get her first degree from McGill University
in jazz performance in 1994. She followed this up by completing her Master’s in Jazz Performance
in 2006. Christine has honed her skills as a saxophonist under the tutelage of an impressive list
of leading musicians including Pat La Barbera, Kenny Werner, Jim McNeely, Remi Bolduc, Dick
Oatts and Steve Wilson. 

As an adjudicator, clinician, and instructor at McGill, she is influencing the next generation of
composers and players.  In her travels abroad, she has shared her love of music and invaluable
experience with young jazz enthusiasts around the world, from Norway to Peru, Turkey to Montreal,
and back home on the West Coast. She has always been active in jazz education, leading clinics
and workshops and adjudicating.

Over the years, she has collaborated with a diverse array of musicians, including Geoffrey Keezer,
Lenny, Pickett, Brad Turner, Karl Jannuska, François Théberge, Gary Versace, Donny McCaslin
Steve Amirault, Franck Amsallem, in addition to her long-term musical relationships with sister
Ingrid and partner, saxophonist-composer Joel Miller.

Composing has been a constant throughout her career — while she was still an undergrad at
McGill, she contributed her compositions to her sister’s debut album, Vernal Fields (Enja Records),
which went on to win a Juno Award. This early recognition of her talent as a composer spurred her
to keep writing. According to Jensen:

     Composing seems to have chosen me, and it’s become a passion to express myself. As
     a composer my progress has been steady, which probably differs from a lot of musicians
     of my generation who burst out as players first. I’m pretty lucky because composing has
     given me long-term growth, while improvising involves seizing the moment. Combining
     these two elements is the beauty of being a contemporary jazz artist.

Jensen performs and records regularly with her sister Ingrid — they have played together all
over the world from Seattle's Jazz Alley to New York's Museum of Modern Art, from an SS Norway
Jazz Cruise to a tour of Japan in 1997.  “There’s definitely yin and yang in our approach. We come
from different educational backgrounds in our later periods,
” she says. “But we come from the
same place, we grew up together, and there’s a spiritual part of the playing that we’re able to
connect like no one else can.

Noted for her ability to transfer the intimate sound of a quartet into larger ensembles, Jensen’s
music has been performed by ensembles around the globe, including the Frankfurt Radio Big
Band, Germany; the UMO Big Band, Finland; and the McGill Jazz Orchestra, Montreal. She was
honoured with an Opus Award for Jazz Concert of the Year in 2006, from the Quebec Council for
the Arts, for leading the 18-member Christine Jensen Jazz Orchestra, with special guest Donny
McCaslin.

In 2002, Jensen was awarded a six-month composition residency in Paris at the Québec Studio
in the Cité Internationale des Arts, sponsored by the Conseil des arts et des lettres du Québec.
Upon her return to Canada, she toured extensively with her quartet, reworking the material that
resulted in the recording, Look Left. The strong rapport among band members (pianist Dave
Restivo, bassist Fraser Hollins, drummer Greg Ritchie, and frequent guest guitarist Ken Bibace),
combined with their shared musical influences, has allowed her music to continually evolve
along with her voice as a composer through her original repertoire.

Christine Jensen was born in Sechelt, British Columbia, in 1970, growing up in Nanaimo among
some of Canada’s finest musicians, including Phil Dwyer, Diana Krall, blues guitarist, David Gogo,
and her sister Ingrid. Her pianist/mother raised her daughters on music, exposing them to
everything from Chopin to Broadway to Big Bands. Jensen’s first love was the piano, developing
an individual style influenced by two greats: “I freaked out over Oscar Peterson and … Bill Evans
was a big epiphany when I was a teenager, as a musician who created an impressionistic sound.

Once she started studying the saxophone at age 12, she quickly grew to love it as she realized that
she could create her own voice through that instrument.

The past few years have kept Jensen busy on the international stage, taking her music to India,
Peru, Argentina, Chile, Denmark, Mexico, Sweden, Turkey, and Haiti. In 2007, she performed with
her quartet at Dizzy’s Club at Lincoln Center, as well as at Burlington’s “Discover Jazz” Festival.
Jensen is frequently heard across the country live in concert on CBC radio and Radio-Canada's
Espace-Musique.


BIOGRAPHIE  

Des critiques de partout font l'éloge des talents de saxophoniste et compositrice montréalaise,
Christine Jensen, considérée « une voix originale sur la scène de jazz international » et selon Mark
Miller dans le Globe and Mail, elle est « l’une des compositrices les plus captivantes au Canada ».

Greg Buium, dans le Downbeat Magazine, décrit son style de composition comme tridimensionnel,
rappelant la musique de Wayne Shorter, de Maria Schneider et de Kenny Wheeler.

Suivant un spectacle présenté au Festival International de Jazz de Montréal en 2006, Scott Yanow
a écrit : « Elle devient rapidement une force majeure…comme interprète autant que compositrice.
Jensen est aussi à l’aise dans les petits ou grands ensembles. Sa dernière œuvre Treelines –
The Christine Jensen Jazz Orchestra, sortie sur l’étiquette JustinTime, a gagné le prix Juno pour
le meilleur album du jazz contemporain, ainsi que le prix d’Opus du Québec pour le meilleur
enregistrement de l’année. Downbeat Magazine a décrit son album de grand ensemble comme
« … un début orchestral sensationnel… **** 1/2 étoiles ».

Récemment elle a fait la tournée des festivals de jazz partout au Canada, et elle s’est produite
avec son grand ensemble chez Dizzy’s Club au Centre Lincoln à New York. « L’orchestre formidable
de Jensen est le soleil scintillant, et sa musique imagine la force et la tranquillité de l’océan, et les
arbres majestueux ». Jazz Times

Avant Treelines, Jensen a enregistré trois autres albums avec son petit ensemble : Collage
(2000), A Shorter Distance (2002), et Look Left (2006), tous les trois avec la maison de disques
Effendi Records.

Elle codirige le groupe Nordic Connect avec sa sœur qui habite à New York et une bonne amie et
collègue musicale, la pianiste suédoise Maggi Olin. Le résultat de leur premier enregistrement en
studio, Flurry est sorti en 2007 et met en vedette les compositions de chacune, suivant par Spirals
en 2010. Pendant les derniers cinq ans, elles ont eu l'occasion de jouer ensemble à travers le
Canada, les États-Unis et les pays scandinaves.

Dans une critique d'un concert de Nordic Connect, à Toronto, J.D. Considine, du journal Globe and
Mail, compare le quintette au celui de Miles Davis à la fin des années 60 et il vante les mérites de
leur originalité et de leur dynamisme sur scène.

Jensen quitte Nanaimo en 1990 pour Montréal, où elle complète son baccalauréat en 1994 à
l'Université McGill en performance jazz, puis sa maîtrise en 2006. Christine a affiné sa technique
et ses compétences sous la tutelle d'une liste impressionnante de musiciens de premier ordre,
tels que Pat La Barbera, Kenny Werner, Jim McNeely, Remi Bolduc, Dick Oatts et Steve Wilson.

En tant que compositeur, arrangeur et enseignante à McGill, elle influence les futures générations
de compositeurs et de musiciens. Elle partage son amour de la musique et ses expériences avec
des jeunes passionnés de jazz de la Norvège au Pérou, de la Turquie à Montréal, et bien sûr en
Colombie-Britannique. Elle est toujours en demande et elle travaille depuis longtemps dans le
domaine du jazz comme clinicienne, animatrice et enseignante.

Pendant des années, elle a collaboré avec une gamme de musiciens divers, tels Geoffrey Keezer,
Lenny, Pickett, Brad Turner, Karl Jannuska, François Théberge, Gary Versace, Donny McCaslin,
Steve Amirault, Franck Amsallem, ainsi que sa sœur Ingrid et son mari saxophoniste-compositeu
Joel Miller.

Depuis le début de sa carrière, la composition joue un rôle très important. Les œuvres de
Christine ont déjà fait le tour du monde, en grande partie grâce à sa sœur, la trompettiste Ingrid
Jensen. En 1996, Ingrid remporte un prix Juno pour son album Vernal Fields (Enja, 1995), qui
comprend trois compositions de Christine, dont la pièce titre. Très vite, elle reçoit des marques
de reconnaissance au niveau national. Cette reconnaissance de son talent de compositrice,
dans les premiers jours de sa carrière, l’a encouragée à continuer à écrire de la musique pour
grandes et petites formations. Selon Christine Jensen :

     « Il me semble que la composition m’a choisie et c’est une passion pour moi de m’exprimer
      dans ma musique. En tant que compositrice, j’ai fait des progrès constants durant les années,
      ce qui peut-être est différent pour d’autres musiciens de ma génération qui normalement ont
      commencé en explosant comme interprète au départ. Je suis chanceuse parce que la
      composition m’a permis de grandir graduellement, tandis que l’improvisation implique qu’on
      doit capturer le moment. La beauté d’être un artiste jazz contemporain est qu’on peut combiner
      ces deux éléments. »

Jensen se produit et enregistre fréquemment avec sa sœur Ingrid—elles ont joué ensemble
partout dans le monde : à Seattle chez le Jazz Alley, au Musée d’art moderne de New York, même
sur la croisière SS Norway, et en tournée au Japon en 1997. « Il y a certainement un sens de
‘yin’ et ‘yang’ dans notre approche. Nos formations musicales respectives sont tellement
différentes. Mais on vient de la même endroit, on a grandi ensemble et, quand on joue ensemble
il y a un élément spirituel et on est capable de connecter comme personne d’autre. »

Sa musique pour grand ensemble a été interprétée et enregistrée par le Frankfurt Radio Big Band,
le Banff Jazz Orchestra, le McGill Jazz Orchestra et par plusieurs grands ensembles d’universités
d’Amérique du Nord. Gagnante du Prix Opus du Conseil des arts et des lettres du Québec pour
le concert de jazz de l'année en 2006, Christine a dirigé son propre grand ensemble (de 18
musiciens), le Christine Jensen Jazz Orchestra mettant en vedette Donny McCaslin.

Christine Jensen a reçu de nombreuses bourses du Conseil des arts du Canada ainsi que du
Conseil des arts et des lettres du Québec. En 2002, une bourse de composition lui a donné la
chance de passer six mois à Paris, à la Cité Internationale des Arts, où elle pouvait se mettre à
écrire la musique pour le prochain album. Dès son retour au Canada, elle a retravaillé les
compositions de Paris. Elle a fini par enregistrer les résultats sur un album intitulé Look Left.
La forte complicité avec les membres de son groupe (pianiste Dave Restivo, contrebassiste
Fraser Hollins, batteur Greg Ritchie et guitariste invité Ken Bibace) et leurs influences musicales
variées lui permettent de continuellement perfectionner sa voix de compositrice à travers son
répertoire original.

Née à Sechelt, en Colombie-Britannique, Christine Jensen a grandi à Nanaimo, parmi des
musiciens canadiens très connus : Phil Dwyer, Diana Krall, guitariste de blues, David Gogo et
sa sœur Ingrid. La collection de disques de sa mère et l’influence de ses professeurs la font
pencher pour le jazz. Son premier amour était le piano ; son style fut influencé par de grandes
vedettes de jazz comme Oscar Peterson et Bill Evans. « Quand j’étais adolescente, j’ai adoré
Oscar Peterson et… Bill Evans était une grande révélation comme un musicien qui a réussi à
créer un son impressionniste.” Une fois qu'elle a commencé à étudier le saxophone, à l'âge de
douze ans, elle tomba très rapidement amoureuse de cet instrument et de sa sonorité originale,
surtout parce qu'elle pouvait faire sa propre voix à travers le saxophone.

Pendant ces dernières années, Jensen a fait le parcours de la scène jazz canadienne et
internationale. Elle fait connaître sa musique aux spectateurs du Pérou, de l’Argentine, du Chili,
du Danemark, du Mexique, de la Suède, de la Turquie, et aussi de Haïti. En 2007, elle a joué
avec son quartette chez Dizzy’s Club au Centre Lincoln à New York ainsi qu'au Festival « Discover
Jazz » à Burlington. Elle fait des apparitions partout au Canada et elle enregistre fréquemment
des projets et des concerts pour CBC et sa musique est diffusée sur les ondes d’Espace-
Musique à Radio-Canada.


Download PDF: English / français

PC:
Right-click, 'Save as..."
Mac: Click+Control-key, 'Save as...'
 
          Web site by Imaginary Design